Bon anniversaire, Québec ! par Jean-Pierre Raffarin

Catégories
Tribune · Républicains Sénat · 3 juillet 2008

La France rend hommage au peuple québécois et à ses origines françaises. À Québec, elle marquera, par l’aménagement du Centre de la francophonie pour les Amériques, l’union de nos peuples d’une empreinte indélébile.

Mais quel message Samuel de Champlain a-t-il voulu adresser aux représentants des premières nations qui l’ont accueilli au bord du Saint-Laurent le 3 juillet 1608 ? Le temps nous a permis de le déchiffrer : la diversité fonde l’avenir.

Avec la ville de Québec, avec la nation québécoise, avec l’État canadien, la France reste fidèle à l’audace créatrice de ce «navigateur d’avenir». Nous faisons la fête avec Québec et construisons le futur de notre coopération. Sur le bord du Saint-Laurent, Québec vous tend les bras, répondez à l’appel du premier ministre Jean Charest qui vous dit «Français, venez chez nous», découvrez «cette voie rapide pour l’Amérique».

C’est à une rencontre de passion que l’on vous convie, et au-delà, ensemble, nous nous engageons pour que la diversité devienne une valeur universelle.

La France a mobilisé son affection généreuse et propose aux Québécois des événements inédits, et, en France, elle accompagne plus de 200 événements qui se déroulent sur tout notre territoire et expriment ainsi la diversité.

Diversité culturelle et linguistique par laquelle nous affirmons notre détermination à faire vivre la convention de l’Unesco sur la protection et la promotion des expressions culturelles, combat que nous avons gagné en commun.

Diversité économique qui permet d’accompagner nos entreprises sur le marché américain : Québec est la porte d’entrée pour ces marchés, la France la porte d’entrée sur l’Europe pour le Québec. Nous atteindrons l’objectif des 1 000 accords de PME de part et d’autre de l’Atlantique.

Diversité territoriale qui nourrit notre coopération de projets proches des populations. Le renforcement du partenariat entre les pôles de compétitivités et les créneaux d’excellence en est le témoignage, notamment dans l’aéronautique, la santé.

Il s’agit, pour la France, de réaffirmer la relation privilégiée et directe qui existe entre les deux gouvernements. Depuis quarante ans, cette volonté politique a toujours été réaffirmée. François Fillon reprend la tradition des visites alternées des premiers ministres, c’était nécessaire. Le président de la République française, à la mi-octobre, aura l’occasion de préciser la nature de la relation que la France souhaite développer avec l e Québec pour ce XXIe siècle. Une chose est certaine : notre fraternité historique caractérisera toujours nos liens ; personne ne peut en être jaloux, nous sommes nés comme cela.

Cette relation se situe au-dessus des partis politiques, les changements politiques, de chaque côté de l’Atlantique, ne l’ont jamais remis en question parce qu’elle est unique.

Le «400e» m’a permis de travailler «aux preuves d’amour» qu’il faut toujours ajouter à l’amour entre les peuples. Mais je n’oublie pas que le Canada, est un pays «né en français» selon les mots de son premier ministre, il peut compter sur l’amitié fidèle de la France, notre fraternité avec la nation québécoise nous oblige.

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont mis leur intelligence au service de ce grand projet : «Ensemble, nous montrons qu’aimer la diversité c’est aimer l’avenir.»