Saint-Barthélemy n’est pas un paradis fiscal !

Catégories
Communiqué de presse · Républicains Sénat · 28 octobre 2008

Michel Magras (Saint-Barthélemy), nouveau et premier sénateur de Saint-Barthélémy, s’insurge contre l’assimilation systématique de Saint-Barthélemy à un paradis fiscal.

En réalité, cette qualification se situe à l’opposé du projet politique de la collectivité et dénote une méconnaissance totale du statut de Saint-Barthélemy.

Le sénateur rappelle que le secret bancaire n’est pas applicable à Saint-Barthélemy, liée par une convention fiscale qui prévoit notamment une clause d’échange d’informations dans le cadre de la lutte contre l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent.

En outre, les conditions pour bénéficier du statut de résident fiscal sont strictement encadrées par la loi.

Enfin, le statut fiscal de Saint-Barthélemy n’est pas un « cadeau » sans contrepartie.

Pour le sénateur, l’existence d’une fiscalité propre n’est pas un critère suffisant et considérer Saint-Barthélemy comme un paradis fiscal à partir de ce seul élément est abusif. Michel Magras souhaite mettre un terme à ses contre-vérités qui nuisent considérablement à l’image de Saint-Barthélemy.