Jean-Pierre Raffarin : « Mon premier mandat de ministre des PME, je l’ai fait à ses côtés »

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 16 mars 2009

Mon premier mandat de ministre des PME, je l’ai fait à ses côtés. Il était parfois décrié par certains collègues qui le trouvaient autoritaire. Moi, j’ai été un ministre très heureux avec lui : il est rigoureux et en même temps audacieux. Il rappelle dans son livre notre croisade pour les boulangers, une profession à l’époque menacée. Au début, il n’y croyait pas puis a compris que ce sujet qui touchait la vie des gens était symbolique. Il me faisait confiance et je lui fais confiance.

Et puis, au moment de la création de l’UMP, à l’occasion d’une première étape en septembre 2001 à Périgueux, il m’a donné le coup de pouce le plus fort. Il m’a confié le discours final plutôt qu’à Nicolas Sarkozy. C’est la marque de son indépendance. Personne n’y portera atteinte.

Dans notre système institutionnel du quinquennat à vie politique accélérée, je ne crois pas la posture du recours vraiment possible. En revanche, je reste convaincu qu’Alain Juppé, avec ses qualités exceptionnelles, est un homme d’État de premier plan. Et puis dans la vie publique, les circonstances dominent toujours le choix des responsables.

Je préside le Conseil national, le parlement du parti, et j’ai la responsabilité des relations internationales. Xavier Bertrand, lui, dirige l’exécutif. Le président m’a confié une mission en Chine avec des messages très précis pour son gouvernement. J’y retourne en avril avec des chefs d’entreprise. Le président m’a proposé d’être ambassadeur en Chine pendant deux ans, je ne le souhaite pas. Je suis très heureux d’être sénateur, l’épisode de l’élection à sa présidence est derrière moi.