Interview de Bernard Saugey, Sénateur UMP de l’Isère

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 20 mars 2009

Bernard Saugey, le déménagement du Tribunal de Grande Instance pour Villefontaine crée ici beaucoup de remous. Quel constat faites-vous ?

J’ai rencontré à plusieurs reprises Rachida Dati et je lui ai dit qu’il fallait faire une exception à la Carte judiciaire en gardant les deux Tribunaux de Grande Instance de Vienne et de Bourgoin-Jallieu. Parce que, dans mon esprit, Bourgoin-Jallieu, c’est le Nord Isère, et Vienne l’Isère Rhodanienne : deux entités différentes. Mais elle n’a pas souhaité faire une exception.

Jacques Remiller a dit que, dans ce dossier, vous aviez plutôt soutenu son collègue député UMP de Bourgoin, Georges Colombier, que lui… qu’en est-il ?

Personnellement, je suis Sénateur et un Sénateur s’occupe d’un département et non d’une circonscription ! Je ne pouvais pas prendre position, ni pour l’un, ni pour l’autre. Je suis donc resté en retrait en attendant la décision.

Mais Jacques Remiller a encaissé la décision de la Chancellerie comme un désaveu et a fini par se mettre en congé de l’UMP…

Je ne peux pas en vouloir à Jacques Remiller de défendre son territoire et sa ville. Si j’avais été à sa place, j’aurais fait la même chose. Sur le fond, mais peut-être pas sur la forme, car je pense que, compte-tenu de cette décision ministérielle on peut obtenir pour Vienne et l’Isère rhodanienne des compensations importantes de la part de l’Etat.

Quoi par exemple ?

La réhabilitation totale de la vallée de la Gère et une bretelle d’autoroute au sud pour désengorger la ville en permettant l’accès aux zones industrielles du sud de Vienne. Rien que ces deux choses seraient formidables ! On ne peut pas tout enlever et rien donner en compensation.

Mais son retrait volontaire de l’UMP sème quelque peu le désordre, si l’on en croit la dernière réunion très animée des instances locales et départementales la semaine dernière à Vienne…

La nature à horreur du vide ! Quand Jacques Remiller se met en congés de l’UMP cela aiguise automatiquement les appétits. Comme le vrai patron de la 9ème circonscription, c’est lui, je souhaite qu’il reprenne le plus vite possible sa place dans sa famille qui n’est absolument pour rien dans la décision ministérielle concernant le déménagement du Tribunal de Grande Instance. Je comprends qu’il ait eu un coup de sang, mais je pense maintenant qu’il faut vite reconstruire. Il a subi, il y a quelques jours, une hospitalisation, je souhaite que son été de santé s’améliore rapidement et qu’on retrouve le battant qu’il a toujours été au service de sa ville et de l’Isère rhodanienne.

Concernant le Contournement ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise, les projets de tracés ont finalement épargnés la vallée de la Sévenne, celle de la Véga et le plateau de l’Amballan.. Qu’en pense le Sénateur ?

J’ai beaucoup travaillé sur le plan technique avec trois personnes qui aident à prendre la décision : le directeur du Réseau Ferré de France ; le Préfet de région et le Ministre des transports. Dans cette opération, la logique a été totalement respectée, puisque les tracés de la Sévenne, de la Véga et de l’Amballan ont été abandonnés. Le tracé qui longe la LGV sera, me emble-t-il, abandonné dans un deuxième temps. Il est deux fois plus cher que les trois tracés du nord (2 milliards 800 mille euros contre 1 milliard 400 mille euros). De plus, il ne dessert pas Saint-Etienne. La logique veut donc que ce soit un des trois tracés de l’Ozon qui soit retenu, la presse d’ailleurs, qu’on peut encore améliorer les choses en augmentant le kilométrage de tracé souterrain déjà très important. Le passage par la gare de Sibelin (Feysin) permet de traverser le Rhône au nord, et donc, de desservir également et parfaitement Saint-Etienne.

Plus personnellement, comment se déroule votre mandat de sénateur ?

Je suis aujourd’hui Secrétaire du Sénat, ce qui me permet de siéger au bureau et d’être un collaborateur direct du Président Gérard Larcher. Je suis également Rapporteur de la loi sur la simplification du droit, ce qui est un travail de romain, puisque neuf ministères sont concernés. Ces différentes missions me rendent heureux car j’ai toujours aimé travailler au service des autres.