Jean-Claude Gaudin : « Le MPF, ce n’est pas l’extrême droite »

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 8 septembre 2009

Le président du comité de la majorité répond à Christine Boutin et à Jean-Marie Bockel.

LE FIGARO. – Christine Boutin estime que Philippe de Villiers n’a pas sa place au sein du comité de la majorité. Se trompe-t-elle ?

Jean-Claude GAUDIN. – Je trouve sa réaction un peu précipitée. M
Boutin, dont la doctrine se rapproche de la mienne, doit comprendre que nous ouvrions les bras à M. de Villiers. M. de Villiers, ce n’est pas l’extrême droite, et elle le sait très bien, puisqu’elle chasse à peu près sur les mêmes terres. Ils représentent l’un comme l’autre une fraction du corps électoral qui existe, même si elle est peu importante, et que nous devons prendre en compte. M
Boutin, qui était là lors de la création du comité de liaison de la majorité, sait qu’elle et ses amis y ont toute leur place. Je suis sûr qu’ils auront à cœur de la garder.

LE FIGARO. – Et que répondez-vous à Jean-Marie Bockel, qui prédit lui aussi une cohabitation difficile avec le MPF ?

Jean-Claude GAUDIN. – Il a prédit des discussions un peu « hard », mais il n’a pas exprimé d’opposition de principe à Philippe de Villiers. Il ne faut pas oublier que M. Bockel a longtemps été membre du PS, et qu’il a été élu maire de Mulhouse sous l’étiquette socialiste. Nous respectons ses convictions, et les discussions qu’il souhaite auront lieu au sein du comité. Il est fait pour cela, et pour impulser la dynamique d’union voulue par Nicolas Sarkozy. Une dynamique qui, disons-le au passage, évite à certains de se compter. M. Bockel n’aurait sûrement pas deux élus au Parlement européen s’il s’était présenté seul. Quand on veut être élu, il faut faire quelques concessions.

LE FIGARO. – Hubert Falco n’a toujours pas dit s’il mènerait la liste de la majorité en Paca aux régionales. L’avez-vous persuadé ?

Jean-Claude GAUDIN. – C’est à lui d’annoncer sa réponse, mais j’espère qu’elle sera positive. Hubert Falco est le meilleur choix. Il a été brillamment réélu maire de Toulon, il a remis le Var dans les rails républicains… Les parlementaires UMP de la Région reconnaissent ses mérites, puisque pas un ne s’est manifesté pour mener la liste.

LE FIGARO. – D’autres ministres, comme Xavier Darcos, hésitent à mener des listes. Comprenez-vous leurs réticences ?

Jean-Claude GAUDIN. – Xavier Darcos est déjà allé à la bataille, aux municipales, même s’il a perdu. Je comprends qu’il hésite : l’Aquitaine est une forteresse. Mais les seules batailles qu’on est sûr de ne jamais gagner, ce sont celles qu’on ne livre pas !

Judith Waintraub