François-Noël Buffet : « Il faut une unité de commandement de l’action économique »

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 10 novembre 2009

Le plan de relance a-t-il permis de reconfigurer des secteurs d’activité en difficulté ?

Le plan de relance n’avait pas vocation à réorganiser la façon dont est traité le tissu économique mais à engager plus de crédits dans l’économie locale. Par contre, des outils comme le Fonds stratégique d’investissement ont orienté certaines entreprises en difficulté vers la recherche et la préparation de l’avenir. Et la crise a fait prendre conscience que, sur certains dossiers, nous devons nous mobiliser plus vite.

Cette crise a-t-elle révélé certains dysfonctionnements dans l’intervention des acteurs locaux ?

Il est vrai qu’une unité de commandement dans les territoires permettrait une meilleure lisibilité des politiques économiques. Un guichet unique d’information à l’échelle régionale s’avérerait intéressant pour permettre aux acteurs d’être informés des multiples mesures les concernant. Cette unité de commandement ne signifierait pas pour autant une concentration des pouvoirs, mais la coordination des dispositifs sous la responsabilité d’une autorité, comme a très bien fonctionné, récemment, la médiation du crédit sous l’autorité du préfet.

Quels rôles respectifs l’Etat et les collectivités doivent-ils tenir dans le soutien économique aux territoires ?

L’Etat doit fixer les grandes lignes stratégiques tandis que les collectivités doivent lui indiquer les projets qu’elles souhaitent porter sur leur territoire. Cette répartition renvoie également à la question de la spécialisation des compétences : en réglant le problème du « qui fait quoi ? », on règlera celui des interlocuteurs pour le monde économique. Si, sur le plan stratégique, le développement économique revient au conseil régional, le futur conseiller territorial aura un rôle important à jouer.