Louis Negre : « La voiture électrique va prendre toute sa place dans notre paysage »

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 2 octobre 2010

Louis Nègre, assis à une table rectangulaire, entre Nicolas Sarkozy, le Président de la République, Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, Christian Estrosi, ministre de l’Industrie, Carlos Ghosn, patron de Renault-Nissan ou Philippe Varin, patron de PSA. Au Mondial de l’automobile, le sénateur-maire de Cagnes participait hier matin à une table ronde sur le thème des enjeux des véhicules décarbonnés.

Nice-Matin : Pourquoi étiez-vous invité à cette table ronde au Mondial de l’auto ?

J’y étais en tant que parlementaire missionné par le gouvernement sur le sujet du véhicule décarbonné. Ma mission est de rendre un livre vert d’ici un mois, sur les modalités réglementaire, économique, juridiques pour développer la voiture électrique et permettre l’installation de bornes de recharges publiques en ville. Je vais faire des propositions pour qu’en 2015 il y ait 75000 points de recharge en France et 400000 points en 2020. Il existe 14 collectivités pilotes, dont Nice-Côtes d’Azur

Nice-Matin : Ce mondial de l’auto est-il celui de la voiture électrique ?

Louis Nègre : C’est le premier mondial du XXI ème siècle, avec une trentaine de voitures électriques présentées. C’est la première fois que l’on voit ça.

Nice-Matin : Il y a quelques années des voitures électriques avaient été mises en service, puis plus rien. C’est un vrai lancement cette fois-ci ?

70% des français veulent un véhicule électrique. C’est une évolution considérable des mentalités. Elle est accompagnée par un Etat qui se projette dans l’avenir, avec un plan gouvernemental pour la voiture électrique qui est le plus aboutit du monde. Les Grenelle 1 et 2 ont fixé un cadre et une stratégie.

Nice-Matin : C’est-à-dire ?

Le président Sarkozy a annoncé le lancement d’un appel d’offre de 50.000 véhicules électriques pour accompagner le début de cette filière industrielle.

Nice-Matin : Les industriels sont-ils prêts ?

Carlos Ghosn, le président de Renault-Nissan m’a confié qu’il arretait de prendre des commandes pour les USA car il ne pouvait pas encore suivre. Les industriels ont compris qu’il y avait un créneau à prendre. Entre le sondage sur l’engouement des français et les mesures mises en place par l’Etat, il y a un créneau. Il se passe quelque chose.

Nice-Matin : La voiture électrique, c’est la solution miracle ?

L’électrique ne va pas remplacer le thermique, mais va prendre sa place. C’est une solution contre le bruit et contre la pollution.