Catherine Deroche candidate aux élections sénatoriales en Anjou

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 12 janvier 2011

Elle a remplacé Christian Gaudin il y a trois mois. La première sénatrice de l’Anjou affiche la volonté de renouveler son mandat.

Vous êtes sénatrice depuis trois mois, à la suite du départ du Nouveau centre Christian Gaudin.
Quelles sont les impressions de la première sénatrice de l’Anjou ?

On est tout de suite bien pris en main pour que l’intégration se fasse le mieux possible. Je me suis efforcée d’être très présente et de décoder les codes de la fonction. J’ai intégré la commission des affaires sociales. On a attaqué sur le projet de financement de la Sécurité sociale. On se penche sur la bioéthique, la dépendance. . . On absorbe, on absorbe les textes. C’est un travail colossal et passionnant. Avec trois jours au Sénat et deux jours sur le terrain, une partie plus méconnue du grand public. Moi qui suis « un pur produit » des Mauges, j’apprécie ce travail avec les élus. Je retrouve à une autre échelle ce que j’ai vécu comme présidente de l’association des maires. En septembre, les élections sénatoriales.

Vous souhaitez poursuivre ?

Je me positionne dans une volonté de renouveler mon mandat. Pas pour m’accrocher à une fonction mais pour le travail législatif et surtout le travail local. A 57 ans, je peux m’engager dans un nouveau mandat. Sans faire de féminisme à tous crins, c’est bien qu’il y ait toujours une sénatrice. Et puis, depuis trois mois, je reçois beaucoup d’encouragements de maires. Ils me disent le plaisir de retrouver une collaboration.

Vous souhaitez être tête de liste à droite ?

Ma candidature est une démarche personnelle. C’est plus transparent pour les élus que je rencontre. Je ne sais pas ce qu’annoncera le sénateur UMP André Lardeux. Je suis candidate au renouvellement de mon mandat. Si être sortant confère une légitimité, la constitution de la liste est une histoire d’appareil. Ma volonté, c’est de servir le département. Les résultats à obtenir pour les communes m’intéressent davantage que les combats de coq qui existent quelquefois.