Joëlle Garriaud-Maylam sénatrice UMP des Français établis hors de France

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 3 mars 2011

Le Sénat devait examiner ce mercredi 2 mars le projet de loi sur l’élection des députés des Français de l’étranger. Qu’en pensez-vous ?

Constitutionnellement, tous les citoyens sont égaux en droit. Le lieu de résidence ne saurait introduire de discrimination en matière d’exercice du droit de vote. La représentation des Français de l’étranger dans les deux chambres du Parlement est une revendication très ancienne, formalisée dès 1927, toujours promise, jamais accordée. Ce texte est l’occasion de réparer une inégalité criante.

Certains ministres devraient recevoir l’investiture de l’UMP. En tant que membre du bureau politique de ce parti, quelle est votre position ?

La situation doit être étudiée circonscription par circonscription. Parmi les ministres figure Christine Lagarde. Elle a été une vraie Française de l’étranger. Son action est respectée. Mais l’UMP doit éviter les parachutages dangereux. Les élus de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) jouissent de la légitimité des urnes et du travail accompli. Un atout essentiel pour mobiliser les expatriés.

La création des députés de l’étranger ne rend-elle pas inutile l’AFE ?

L’existence des députés rend-elle inutile l’action des conseillers généraux et régionaux ? Les élus de l’AFE réalisent un travail de proximité qu’aucun député ne pourra égaler, d’autant plus que certaines circonscriptions couvrent des zones géographiques étendues et disparates.