Défense antimissile balistique

Catégories
Conférence de presse · Républicains Sénat · 12 juillet 2011

Au sommet de Lisbonne en novembre 2010, l’Alliance atlantique a décidé de développer une capacité de défense antimissile assurant la protection des populations, du territoire et des forces des pays européens de l’OTAN.
La défense antimissile est un objet complexe qui présente au-delà de sa dimension militaire, d’autres facettes – politique, diplomatique, économique et stratégique et qui crée d’ores et déjà dans les relations internationales une nouvelle donne qui s’accentuera dans les années à venir.

La France en a-t-elle pleinement mesuré les enjeux ?
Quelle stratégie peut-elle mettre en œuvre ? Pour répondre à ces questions, Jacques Gautier (Hauts-de-Seine)
Xavier Pintat (Gironde) ont présenté, lundi 11 juillet, au cours d’une conférence de presse, les conclusions de leur rapport d’information sur « la Défense antimissile balistique ».

Recommandations

Il convient en premier lieu de préserver
notre autonomie stratégique et notre
dissuasion, par notamment, la
mise en place d’un centre national de la
défense antimissile
, regroupant les
experts nationaux, le déploiement d’un
satellite d’alerte avancée
, la mise en place
d’un C2 national
et le lancement d’un PEA
sur l’interception exo-atmosphérique
.

Il conviendrait ensuite de mieux associer
le Parlement aux travaux de révision du
Livre blanc et d’organiser un débat
parlementaire.

En troisième lieu, il convient de redonner
une chance à l’Europe de la défense en
organisant une conférence à l’AED.

Industriellement, il convient d’aider et
d’encourager les entreprises les plus aux
prises à la compétition internationale.

Enfin, militairement, il convient de
concentrer nos efforts pour parer la
menace la plus probable dans les dix
années à venir : celle des missiles à
courte et moyenne portée à tête
manoeuvrante.