Jean-Claude Gaudin :  » Prendre des mesures impopulaires mais nécessaires pour nos comptes publics « 

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 23 septembre 2011

Quel est votre pronostic pour le scrutin de dimanche ?

C’est la première fois depuis 1959 qu’il y a un renouvellement de moitié des sénateurs. Il est clair que nous allons payer les mauvais résultats enregistrés lors de l’élection municipale de 2008. Nous nous attendons à une progression de la gauche. Mais, tous groupes confondus, la gauche a actuellement 152 sénateurs. Elle devrait en gagner 23 pour atteindre la majorité absolue. Cela ne nous paraît pas accessible. Surtout que beaucoup de départements où, jusqu’ici, l’élection se passait à la proportionnelle, basculent dans le système majoritaire qui nous facilite les choses. Certes, dans les zones urbaines où le scrutin reste à la proportionnelle, il y a des listes dissidentes à droite. Mais je compte tout de même sur le maintien d’une avance d’une dizaine de sièges pour l’ensemble de la droite.

Plusieurs réformes récentes semblent anxiogènes pour les élus locaux, vos électeurs…

Franchement, s’agissant par exemple de la réforme de la taxe professionnelle, il ne faut pas abuser. Les collectivités n’ont rien perdu. Sur la réforme territoriale, je reconnais que la majorité n’a pas su défendre cette loi. Cela a permis à la gauche de mentir. Ainsi, malgré l’intercommunalité obligatoire, nous préservons la commune comme première cellule de base. Tout le monde y trouvera son compte. Seuls les adeptes du  » repli sur soi  » continueront de grogner.

Et le gel jusqu’en 2013 de la dotation de l’État aux collectivités ?

C’est exact qu’il y a une vraie malchance. Le président de la République a dû faire face à une multiplicité de crises jamais vues. Ces crises inquiètent les élus locaux. Mais ils ont le sens des responsabilités. Ils savent qu’il fallait prendre des lois et des dispositions impopulaires mais nécessaires pour nos comptes publics.

Mais les collectivités en ont également assez d’être traitées de trop dispendieuses…

Je ne veux viser personne en particulier. Mais, tout de même, il y a des collectivités locales qui pourraient faire des efforts supplémentaires pour réduire leurs dépenses, plutôt que de sombrer dans un clientélisme avéré. Tout le monde sait que certaines collectivités locales embauchent du personnel pour des raisons politiques!

Et la difficulté grandissante des collectivités pour emprunter ?

Jusqu’à présent, quand la gestion est saine, il n’y a pas de réelles difficultés à emprunter. Je sais de quoi je parle en tant que maire de Marseille qui n’est pourtant pas une commune épargnée par les problèmes.