Jean-Pierre Raffarin :« Ils ne souhaitent pas que leurs efforts soient gaspillés »

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 17 novembre 2011

Spécialiste de la Chine par passion, l’actuel sénateur de la Vienne estime que c’est à l’Europe de convaincre les Chinois qu’une aide à la zone euro est un bon investissement pour eux.

Pourquoi l’opinion publique chinoise est-elle si réticente à prêter aux pays de la zone euro ?

Comme partout, la crise inquiète les peuples. En Chine, la croissance est forte, mais un certain ralentissement menace notamment en raison de la lutte contre une forte inflation. Les désordres mondiaux renforcent un certain nationalisme, toujours latent en Chine. Oui, les Chinois ne souhaitent pas que leurs efforts soient gaspillés dans des causes incertaines. A nous de les convaincre qu’une aide à l’Europe est, pour eux, un bon investissement d’avenir.

Les Chinois semblent surpris par notre modèle social. C’est surprenant de la part d’un pays communiste ?

Ils savent que notre modèle a des atouts, mais qu’il a été financé par la dette. Cela suffit à les inquiéter. Ce qui ne les empêche pas de s’inspirer du modèle français en matière de santé publique. La voie chinoise du communisme n’a plus rien à voir avec ce que le communisme a produit jusqu’à ce jour. C’est un système autoritaire par le parti, nationaliste par la culture, libéral par l’économie, pacifique par l’histoire, ouvert par la stratégie.

Si Pékin soutient l’Europe, quelles en seront les contreparties ?

Je suis favorable à la participation de la Chine au Fonds européen de stabilité financière. Ne répondons pas à la stratégie d’ouverture de la Chine par une logique de peur et de fermeture. Les Chinois nous proposent un accord gagnant-gagnant : ils participent aux grands investissements européens et les Européens participent à leur croissance. Ils attendent de nous un partage de nos savoir-faire que nous pouvons équilibrer par un partage de leur croissance, c’est-à-dire de leur marché. L’Europe ne pourra faire face à ses dettes sans croissance. C’est la Chine qui assure la croissance du monde. Nos destins sont liés.