Trois questions à Christophe Béchu

Catégories
Passage média · Républicains Sénat · 23 novembre 2011

Le Maine-et-Loire a été le premier département à adopter un plan départemental de l’habitat. Quels sont vos objectifs ?

Le but de ce plan est de proposer de nouvelles solutions à ceux qui ont besoin de se loger ou d’améliorer leur habitation, tant dans le parc public que dans le privé. Nous faisons du logement social une de nos priorités. Au-delà d’une augmentation du nombre de logements à construire, des objectifs qualitatifs sont poursuivis pour mieux répondre aux attentes des habitants. Parallèlement, la collectivité met des services à la disposition des personnes qui souhaitent devenir propriétaires, essentiellement les ménages de condition modeste. Elle accompagne aussi ceux qui souhaitent réaliser des travaux permettant des gains en matière d’économie d’énergie. Notre souhait est d’être en mesure de proposer un parcours résidentiel cohérent, par exemple de maintenir à domicile les personnes âgées le plus longtemps possible.

Comment assurez-vous vos politiques de solidarité ?

Chef de file de l’action sociale, le conseil général a le devoir d’être le pilote réactif et attentif de toutes les politiques mises en place vers nos concitoyens les plus fragiles. De la toute petite enfance à l’extrême vieillesse et à la dépendance, il conçoit et met en œuvre de nombreuses actions afin d’apporter les meilleurs services aux Angevins. Les 950 agents qui agissent quotidiennement, notamment au sein des maisons départementales des solidarités, font un remarquable travail de proximité auprès de milliers de personnes en difficulté. Nous intervenons également sur les thématiques du logement, du handicap, de l’insertion et de la protection de l’enfance. Transversal, plus moderne, plus lisible et surtout plus efficace, un schéma unique a été mis en place pour proposer le meilleur accompagnement possible à tous ceux qui en ont besoin. Il ouvre une nouvelle page de l’action sociale départementale.

Quels sont pour vous les grands enjeux auxquels vous allez devoir faire face dans les dix ans à venir ?

Les enjeux budgétaires assurément, compte tenu notamment de la hausse ininterrompue des dépenses sociales obligatoires pesant sur les conseils généraux. En dix ans, en France, les dépenses ont doublé ! Je pense plus particulièrement aux personnes âgées ou handicapées et à la mise en place des politiques liées à la dépendance. Une grande loi dans ce domaine est une nécessité sociétale, sociale, mais aussi financière pour les départements. Nous allons devoir faire face également à la difficulté d’adapter concrètement toutes les nouvelles normes, ce qui ne va pas nécessairement être des plus simples et méritera certainement une adaptation au terrain.