Pourquoi il faut soutenir la voiture électrique, par Louis Nègre, Alfred Trassy-Paillogues et un collectif de parlementaires

Catégories
Tribune · Républicains Sénat · 2 décembre 2011

Le véhicule électrique ou hybride rechargeable n’est plus une lointaine perspective mais bien une réalité : tous les grands pays industriels investissent dans la voiture écologique (Etats-Unis, Japon, Allemagne…), et tous les grands constructeurs intègrent déjà de tels modèles dans leurs gammes.
Nos constructeurs nationaux, qui ont développé de manière prémonitoire et vertueuse la technologie des véhicules électriques, ainsi qu’une action gouvernementale volontariste ont positionné notre pays en véritable champion de cette filière dans un environnement mondial extrêmement compétitif. Le rôle moteur de l’Etat dans le développement de la voiture écologique s’inscrit pleinement dans la logique de l’investissement d’avenir : en plus de participer à la préservation de l’environnement et de notre bien-être, il anticipe le développement d’une industrie très prometteuse pour nos emplois et notre attractivité économique. Le développement de la voiture électrique s’impose d’autant plus que la dépendance de la France au pétrole, et donc aux fluctuations de son prix, pèse lourd dans le déficit de sa balance commerciale.
La technologie des voitures électriques répond en outre à un besoin croissant de nos concitoyens d’une mobilité respectueuse de l’environnement, d’une conduite sereine et apaisée, et d’une utilisation de produits « massivement » recyclables. A une époque où les modes de transports ont considérablement évolué, notamment du fait de phénomènes d’extensions des espaces urbains et donc d’augmentation des distances parcourues, il apparaît plus que nécessaire de favoriser et encourager une filière qui permet de concilier les besoins et contraintes des automobilistes avec les exigences liées au respect de l’environnement.
Toutes les technologies de motorisation peuvent bien entendu présenter des risques dans des conditions extrêmes, mais rien ne nous semble justifier les excès des polémiques auxquelles nous avons assistées ces derniers mois. Elles créent de fait un climat injuste de suspicion autour du véhicule électrique. On peut d’ailleurs légitimement se demander à qui profitent ces étranges attaques à l’égard d’une industrie de pointe où la France se distingue.
Des années de recherche et de développement, auxquelles s’ajoute une anticipation systématique des normes, ont permis aux constructeurs à travers l’engagement public pris lors de la signature de la charte en faveur du véhicule électrique et hybride le 6 septembre 2011, en présence du ministre de l’Industrie Eric Besson, de garantir le respect des exigences de sécurité attendues par les consommateurs.
Aussi nous autres élus réaffirmons notre soutien à une filière industrielle d’avenir et porteuse d’emplois. Dans le cadre des responsabilités qui sont les nôtres, nous ne manquerons pas d’accompagner cette démarche dans nos collectivités (tant pour ce qui est des investissements que de la réalisation d’infrastructures), collectivités qui seront les autres grands maîtres d’oeuvre de cette évolution indispensable au maintien d’une forte industrie française qui reste plus que jamais un des moteurs de notre croissance.