Un contrefeu socialiste pour masquer l’absence de propositions en matière de lutte contre le terrorisme

Catégories
Communiqué de presse · Républicains Sénat · 3 avril 2012

Jean-Claude GAUDIN, Président, et les sénateurs du groupe UMP, regrettent l’attitude de la gauche sénatoriale qui utilise, une fois de plus, les moyens du Sénat à des fins politiciennes, aux seuls motifs de l’actualité.

Ils condamnent le mélange des genres effectué par le Président de la commission sénatoriale pour le contrôle de l’application des lois à la suite de la convocation des services de l’Etat en charge du renseignement.

« Travestir cette commission en une commission d’enquête sur les tragiques évènements de Toulouse et Montauban est une initiative qui dépasse le cadre institutionnel de la mission de contrôle que le Sénat a souhaité attribuer à cette commission sénatoriale ».

Si Monsieur Assouline souhaite analyser les drames survenus à Toulouse et Montauban, la commission sénatoriale de contrôle de l’application des lois n’a pas les prérogatives réglementaires adéquates. S’il souhaite exclusivement contrôler l’application des lois sur la sécurité intérieure, alors les responsables des services de l’Etat qu’il a convoqués ne sont pas les personnalités compétentes en la matière.

Dès lors, l’initiative des Ministres de l’Intérieur et de la Défense d’avoir décidé de ne pas donner de suite favorable à ces demandes est pleinement justifiée.

Jean-Claude GAUDIN rappelle qu’il faut éviter toute ambiguïté sur des sujets touchant aux intérêts de notre pays et à la sécurité de nos concitoyens ; c’est pourquoi les sénateurs UMP ont alerté le Président du Sénat sur cette manœuvre et ne participeront pas aux travaux de la commission.

Dans sa démarche, la gauche sénatoriale tente un mouvement illusionniste, en allumant un contrefeu pour masquer ses prises de positions peu courageuses en matière de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme.