Débat sur la politique européenne de la pêche : oui à la protection de la ressource, non au sacrifice de nos marins-pêcheurs

Catégories
Communiqué de presse · Républicains Sénat · 12 juillet 2012

Le projet de Réforme de la Politique Commune de la Pêche, préparé par la Commissaire européenne Madame DAMANAKI, a légitimement suscité non seulement l’inquiétude des professionnels de la mer mais aussi de nombreux états membres et du Parlement Européen.

Par leur approche brutale et dogmatique, certaines de ces propositions pourraient si elles étaient mises en œuvre, accélérer le démantèlement de notre flotte de pêche sans pour autant améliorer l’état des stocks halieutiques.

Le Sénat, après de nombreuses auditions, s’est mobilisé pour adopter une Résolution demandant clairement à la Commissaire de changer son approche. Rapporteur de cette résolution adoptée à l’unanimité par la Commission des Affaires Economiques, les positions que j’ai défendues consistent :

– A s’opposer fermement à la mise en place des concessions de pêche transférables qui conduiront à la privatisation de la ressource halieutique. Il est préférable de laisser à chaque état membre le soin de définir son propre dispositif d’attribution des droits de pêche, conformément au principe de subsidiarité.

– A considérer comme irréaliste et dangereuse l’interdiction pure et simple de tout rejet en mer d’ici 2015 et proposant de privilégier une réduction progressive des rejets à travers la mise en place d’instruments de pêche plus sélectifs.

– A créer un écolabel qui s’appliquerait aussi aux produits importés pour mieux informer les consommateurs.

– A demander que le nouveau Fond Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche puisse aussi soutenir les efforts de modernisation de nos navires et l’installation des jeunes.

Le secteur de la Pêche en France est structurellement en difficulté, la flotte n’a cessé de se réduire : depuis 10 ans le nombre de navires a chuté de plus de 20% alors que nos importations ont augmenté de 50% dans la même période. Si nous partageons l’objectif de mieux préserver la ressource halieutique, cette politique ne saurait être menée en sacrifiant nos marins-pêcheurs.

Bruno RETAILLEAU