André Trillard présente les enjeux de la maritimisation

Catégories
Communiqué de presse · Républicains Sénat · 19 juillet 2012

Dans le cadre de la révision du Livre Blanc sur la Défense et la sécurité nationale, la commission des affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées a mis en place des groupes de travail thématiques. André TRILLARD, co-président du groupe de travail sur la maritimisation s’est exprimé en conférence de presse sur les enjeux de la maritimisation pour la France.

Dans la nouvelle géopolitique des océans, la France a d’indéniables atouts. Notre pays dispose en effet du deuxième domaine maritime mondial, avec près de 11 millions de km², notamment grâce à nos territoires d’outre-mer. La qualité des relations entre la métropole et ces territoires déterminera l’avenir de ce domaine.

La France s’est toujours illustrée par une tradition maritime ancienne, forte d’une industrie civile et militaire navale particulièrement compétitive.

Pourtant, dans le contexte international actuel, le format trop étriqué de la marine française rend la conciliation de l’ensemble de ses missions toujours plus difficile. L’ambition de la France de disposer d’une marine de guerre porteuse de la dissuasion nucléaire et d’être capable d’entrer en premier sur un théâtre d’opérations est donc menacée. Sans renouvellement, le vieillissement de la flotte conduira dans les prochaines années à des impasses capacitaires majeures : entre 75 et 100% des équipements doivent être modernisés ou remplacés dans les 10 prochaines années.

Les missions augmentent mais les moyens de la marine diminuent : là réside tout le paradoxe. « Avec un format en nette diminution, des renouvellements repoussés d’année en année, la Marine française semble faire le grand écart » souligne André Trillard. « Or nous ne choisissons pas le niveau de risque et de menace auquel nous sommes confrontés : la sécurité et la défense de la Nation ont un coût incompressible. »

Le sénateur de Loire-Atlantique fait donc le pari de miser sur les potentialités de l’économie maritime au service de la croissance. « Il y a en France de nouvelles filières industrielles d’excellence, comme les énergies marines renouvelables, qui peuvent être les emplois de demain » précise-t-il.

Parmi les nombreuses propositions du rapport, le sénateur de Loire-Atlantique préconise la création d’un commissariat aux énergies marines renouvelables, fédérant les acteurs publics et privés et pouvant accélérer la mise en place de ces nouvelles technologies.

La stratégie militaire de la France doit être accompagnée d’une stratégie industrielle de valorisation du secteur maritime.