Nouveaux manuels d’Histoire

Catégories
Communiqué de presse · Républicains Sénat · 28 août 2012

Je m’associe à l’inquiétude de l’Association des professeurs d’Histoire-Géographie, sur les choix éditoriaux d’un grand nombre de nouveaux manuels d’histoire dans les classes de troisième.

Le principal problème rencontré est le non respect de la chronologie. Certaines éditions déconnectent par exemple la Seconde Guerre Mondiale et la Résistance, qui sont évidemment intimement liées, en intercalant entre ces deux chapitres plusieurs pages sur la construction européenne.

Ce « bricolage » pourrait paraître anodin. Il n’en est rien. L’école a la mission de transmettre des savoirs et des méthodes d’apprentissage. Or le respect de la chronologie est essentiel, d’une part pour la compréhension des événements, qui s’enchainent les uns aux autres par des processus de causes à effet, et d’autre part pour la construction intellectuelle des élèves, qui peuvent ainsi apprendre la rigueur d’un raisonnement.

Ce type d’expérimentations pédagogistes, héritées des élucubrations des années 70, ne peut qu’entrainer la confusion dans l’esprit des élèves. Cela complique la mémorisation des cours mais surtout la possibilité pour les enfants de s’approprier leur histoire. Cela fragilise des notions aussi essentielles que le devoir de mémoire, l’apprentissage de la citoyenneté et l’attachement des élèves à notre patrimoine commun.

Le Ministre de l’Enseignement devrait se pencher sur les programmes et la manière dont ils sont enseignés. La crise de l’école ne sera pas d’abord résolue par la question des moyens mais par la question du fond.

Bruno Retailleau