Rapport Gallois : L’ultime chance pour le gouvernement de rectifier le tir

Catégories
Communiqué de presse · Républicains Sénat · 9 novembre 2012

Alors que la gauche qui durant toute la campagne présidentielle niait avec force la crise économique, elle vient enfin de réaliser la gravité de la situation. Le gouvernement a reçu ce mardi le rapport Gallois sur la compétitivité française qu’elle a commandé à ce proche du pouvoir.

Bien que ce rapport ne soit pas en soi révolutionnaire, il a le mérite de pointer du doigt les lacunes compétitives et structurelles de notre pays, principalement le décrochage industriel et comporte une série de mesures dont la plupart seraient fort utiles mais qui ne feront pas plaisir aux socialistes et à certains de leurs alliés.

Il démontre la nécessité de poursuivre les réformes engagées par le gouvernement de F. Fillon (Pôles de compétitivité, investissements d’avenir). Il insiste sur la nécessité de réduire le poids des dépenses publiques, le coût du travail et prône une réduction des charges sociales de 30 Mds€. Dans ces conditions nous pourrons nous permettre d’être plus compétitifs face à nos principaux concurrents, dont l’Allemagne. Toutefois la question des 35 heures n’est pas abordée.

Monsieur Gallois a reconnu ce mercredi au Sénat que les français rentraient trot tard dans le monde du travail et en sortaient trop tôt, ce qui pose la question de la durée de cotisation et la nécessité de partir plus tard en retraite. Or la réalité est que les 35 heures mises en place il y a 10 ans ont accéléré très fortement la désindustrialisation de notre pays et provoqué un choc de compétitivité négatif et un affaiblissement de sa productivité.

Ce rapport prône également la stabilisation de dispositifs essentiels pour les entreprises mis en place par le précédent gouvernement (crédit d’impôt recherche, le dispositif Dutreil sur la transmission des entreprises familiales), et la création d’un «Small business act» pour les PME qui ne fait que reprendre celle développée par Christine Lagarde puis François Baroin. Il insiste également sur la recherche sur les gaz de schiste, tant décrié par la gauche et qui pourrait à terme baisser la facture de gaz de 30% comme aux États Unis ‘

Ce rapport constitue donc l’ultime chance pour le gouvernement de rectifier le tir d’une politique de nouvelles dépenses engagées ces 6 premiers mois de règne. Elle nous mène droit vers la récession qui a déjà pris la forme d’un nouveau matraquage fiscal considérable.

Il reste à espérer que le gouvernement aura la sagesse de dépasser ses blocages idéologiques multiples et les contraintes de ses alliances pour appliquer les propositions avancées.
Avec ce rapport, nous allons enfin voir si le courage est au rendez-vous et si l’intérêt national est supérieur aux intérêts du parti socialiste.
La méthode de mise en place d’une nouvelle TVA, annoncée par le 1er ministre, qui n’est qu’une copie de la TVA anti délocalisation préparée par le gouvernement Fillon , alors fortement combattue par le candidat Hollande, montre le désarroi du gouvernement et son manque de clarté.

Eric Doligé