Eric Doligé : « Pigeons » : majorité de circonstance et minorité gouvernementale

Catégories
Communiqué de presse · Républicains Sénat · 28 novembre 2012

La majorité PS vient de subir un camouflet supplémentaire au Sénat, par une alliance UMP, UDIUC (centriste), et communiste qui a mis en minorité le gouvernement.

Dans sa grande sagesse, le Sénat vient de rejeter l’article 6 du projet de loi de finance 2013, popularisée dans l’opinion publique comme l’article des « pigeons », qui prévoit la taxation des plus-values de cessions d’entreprises. Promesse de François Hollande, la volonté de taxer les revenus du capital est un non sens économique. Ils ne doivent pas être fiscalisés de la même manière que les revenus du travail, n’ayant pas la même origine. Le texte, une usine à gaz d’une rare complexité, totalement inapplicable, était de nature à décourager les investisseurs et les entrepreneurs et aurait contribué à détériorer encore plus l’attractivité du site France. En temps de crise et à l’heure où toutes les forces doivent être mobilisées pour redresser notre économie, il serait préjudiciable de taxer ceux qui veulent investir dans notre appareil productif, permettant de créer de l’emploi et de la richesse pour notre pays et qui prennent de vrais risques.

Jour après jour la majorité PS se retrouve de plus en plus isolée au Sénat et voit ses soutiens d’hier aux présidentielles s’évaporer. La majorité de circonstance élue au printemps pour battre Nicolas Sarkozy est vite devenue introuvable.