Catégories
Logement : un double enfumage de la gauche dans la même journée !
Républicains Sénat
Communiqué · 11 décembre 2012

Logement : un double enfumage de la gauche dans la même journée !

Ce matin, le Premier Ministre présentait, la main sur le coeur, son plan « d’urgence » pour lutter contre la pauvreté, avec notamment, s’agissant du logement, l’annonce du déblocage d’une enveloppe de 50 millions d’euros pour financer l’hébergement d’urgence…

Cela est certes très généreux. Mais c’est aussi et surtout un énième effet d’annonce et d’affichage politique, dans la mesure où ce réajustement des crédits pour répondre aux dépenses réelles de l’hébergement d’urgence se fait chaque année, dans le cadre des textes budgétaires ou sous la forme d’un décret d’avance. Des sommes de même niveau avaient été réinjectées l’année dernière sous la précédente majorité, et l’annonce de ce matin n’est donc en rien exceptionnelle…

A quelques jours de Noël, l’opération de communication de Jean-Marc Ayrault aurait presque pu nous émouvoir. Si ce n’est que le même jour, et sur le même sujet du logement, le gouvernement, si généreux en apparence, manoeuvre en catimini avec la plus grande brutalité.

Le 25 octobre dernier, le Conseil Constitutionnel censurait le projet de loi relatif au logement social, défendu par Cécile Duflot, en raison des entorses à la procédure parlementaire constatées lors de son examen au pas de charge au Sénat. On aurait pu penser que le message était pourtant clair : le Parlement doit être respecté, quels que soient les besoins de communication urgents d’un exécutif déjà très impopulaire.

Le gouvernement n’a toutefois pas hésité ce jour, une nouvelle fois, à piétiner les règles du débat démocratique. Après un débat déjà expéditif à l’Assemblée, le texte a été inscrit cet après-midi, après deux changements de date successifs, à l’ordre du jour du Sénat en séance de nuit le lundi 17 décembre.

Après avoir refusé tout débat en commission, reprochant même aux sénateurs de l’opposition de faire leur travail en amendant le texte, la gauche manipule à présent à sa guise l’ordre du jour pour s’assurer de l’adoption sans accroc de son texte.
La gauche a dévoilé ce jour son double visage : générosité théâtrale le matin, mépris de la représentation nationale l’après-midi !