Assemblée parlementaire de l’OSCE : l’impact de la crise économique et financière sur la sécurité en débat

Catégories
Communiqué de presse · Républicains Sénat · 15 octobre 2013

Jean BIZET, Sénateur de la Manche et Vice-Président de la délégation française auprès de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), a rappelé, lors de la session qui s’est tenue au Monténégro les 14 et 15 octobre 2013, que les difficultés économiques, la pauvreté, la désespérance des peuples sont le terreau propice où prospèrent le populisme et les désordres sociaux.

Soulignant que les moyens pour réguler les dérives financières et maîtriser la volatilité des prix des matières premières agricoles existent, il estime que les mettre en œuvre est une ardente obligation des États à l’aube de ce 21ème siècle :
– comme l’a engagé l’Union européenne au travers de l’union bancaire et la sécurisation des fonds propres des établissements de crédit avec les règlementations Bâle 2 et Bâle 3.

– comme l’avait initié la France en juin 2011 à l’invitation du Président SARKOZY en lançant un G20 spécialement consacré aux problématiques liées à la volatilité des prix, notamment des matières premières agricoles ;
Jean BIZET a ensuite insisté sur l’enjeu que représente la prochaine réunion de l’OMC à Bali en décembre pour dépasser l’opposition entre Pays développés et Pays émergents et trouver enfin un épilogue au cycle de Doha, lancé après le 11 septembre 2001.

Un accord à Bali, c’est :
– 1 à 2 points de PIB mondial en plus ;
– la prééminence du multilatéralisme sur le bilatéralisme, c’est-à-dire un développement économique mondial plus harmonieux, plus équilibré, et plus cohérent.
– une opportunité, au delà des pays membres de l’OSCE, de diminuer la pauvreté dans le Monde et les troubles sociaux qui frappent les plus fragiles.

A chacun des 154 pays membres de l’OMC de prendre leurs responsabilités ; à l´OSCE de les y inviter.