Alain Houpert : « Qui gouverne la France ? »

Catégories
Tribune · Républicains Sénat · 30 octobre 2013

Lundi 28 octobre, à 19 h dans la première partie de l’émission, « Le Grand Journal », sur la chaine Canal +, Antoine de Caunes invitait l’écrivain Alexandre Jardin et François Rebsamen. Ce dernier était présenté comme Président du groupe socialiste au Sénat et intime de François Hollande.

Après un résumé sur les trois sujets d’actualité « qui fâchent » – l’expulsion de Léonarda, la révolte sur l’écotaxe en Bretagne et le volte-face du gouvernement à propos du PEL, du PEA-, la question de l’animateur à l’adresse de François Rebsamen fut claire et nette :
« N’ y a t il plus rien à sauver dans l’action du Président ? »

L’intime du Président a alors répondu sans sourciller : « Le Président a sa manière de gouverner, dans ce pays divisé, dans une culture de l’affrontement. Il va y arriver. François Hollande est pour la culture de l’apaisement. C’est tout à son honneur. »

À l’heure où les Français vivent dans l’inquiétude, nous sommes heureux d’apprendre que le maire de Dijon est devenu le nouveau porte-parole du gouvernement, ardent défenseur de l’incohérence gouvernementale pour ne pas dire incompétence…

« Culture de l’apaisement », le terme pourrait laisser songeur s’il ne couvrait pas une série de graves cafouillages.

L’impression que laissent les grandes annonces aussitôt démenties par les grandes reculades, c’est surtout celle de l’inquiétude croissante à tous les niveaux de la société.

Des classes défavorisées aux classes moyennes et privilégiées, tout le monde partage désormais un sentiment d’inquiétude, un réel sentiment d’injustice et d’exaspération.

Pour Jean-Michel Aphatie, et Alexandre Jardin présents sur le plateau de l’émission, il a « renoncé à sa fonction de Président après ses déclarations sur Léonarda ». Alexandre Jardin a même poussé plus loin le propos en considérant que nous étions désormais gouvernés par la peur …

« Vivre dans un pays gouverné par la peur ? Depuis quand n’avons-nous pas voté dans la joie ? » « La crise de confiance qui brûle à tous les étages de la société française ne semble pas gêner François Rebsamen.

En bon soldat, il affirme que la situation internationale est bien gérée et que la politique intérieure est compliquée.

Le Mali, serait-il plus important que le quotidien et surtout l’avenir des Français ?
Le pays n’a que faire de l’apaisement, les Français ne veulent pas qu’on les endorme à la culture de l’assistanat et de la léthargie.

Ils veulent qu’on les encourage à la culture de la confiance et de la croissance !
Pour cela il faut beaucoup de vision à long terme, de l’envergure et du courage politique, des dimensions taillées pour les grandes carrures…

Avec la majorité actuelle nous sommes dans les petites tailles.