Catégories
00. Non Communiqué de presse · Républicains Sénat · 15 janvier 2020

Jean-François HUSSON et Bruno RETAILLEAU « Nous Nous demandons au Gouvernement de porter un projet de barrière écologique aux frontières de l’Union européenne. »

A une très large majorité, le Sénat a adopté la proposition de résolution, déposée par Jean-François Husson et Bruno Retailleau, et cosignée par plus d’une centaine de sénateurs, demandant au Gouvernement de porter un projet de barrière écologique aux frontières de l’Union européenne.


Le Président de la République s’y était engagé en 2017 lors du discours de la Sorbonne, mais rien n’a été fait depuis. Le Gouvernement a même brutalement accentué la trajectoire de la taxe carbone, au détriment de nombreux secteurs économiques et des ménages. Or, voter des taxes écologiques ou des normes environnementales, en ne se protégeant pas, est à la fois un suicide économique et une erreur écologique.

La barrière écologique aux frontières proposée par le groupe Les Républicains poursuit ainsi un double but :

– économique, en restaurant la compétitivité de nos entreprises et de nos agriculteurs, soumis à des normes beaucoup plus exigeantes que leurs partenaires commerciaux ;

– écologique, en taxant les produits provenant de pays s’affranchissant de toute réglementation environnementale.

Plus de la moitié des émissions de CO2 de la France provient de ses importations et non des industries nationales. Lutter contre le réchauffement climatique consiste à se protéger des produits venus de l’étranger qui font peu de cas des normes environnementales.

Sans action plus déterminée, sans une vraie réciprocité des échanges, notre pays ne pourra faire apparaître l’écologie que comme une contrainte et non un levier de développement économique.

Les sénateurs Les Républicains croient au contraire en une alliance entre croissance et écologie, visant un mieux disant environnemental créateur de valeur ajoutée, d’innovation et d’emplois.

La balle est désormais dans le camp du Gouvernement, qui doit choisir entre une écologie punitive lui permettant de combler le déficit de l’Etat, et une écologie de bon sens, qui serve notre économie et accompagne la transition de ses acteurs.

Jean-François Husson
Sénateur de Meurthe-et-Mosellle

Bruno Retailleau
Président du groupe Les Républicains au Sénat